Alfred Dreyfus

Alfred Dreyfus est né à Mulhouse en 1859 comme fils d’un industriel. Après son déménagement à Paris, Dreyfus devient officier d’artillerie et entre à l’Ecole de Guerre en 1890. Il se marie avec Lucie Hadamard et a deux enfants avec elle. En 1893, il commence à travailler pour le deuxième bureau chargé du renseignement qui s’occupe de l’espionnage.
En 1894, une agente française découvre une lettre sans nom dans la poubelle de l’attaché militaire allemand. Ce bordereau contient des informations secrètes sur l’artillerie française, et comme Dreyfus est artilleur, juif et Alsacien, il est le suspect idéal. Il est arrêté le 15 octobre 1894. Son avocat, Edgar Demange, essaye de montrer l’insuffisance des preuves, mais contre attente, Dreyfus est condamné à la dégradation et à la déportation. Le public français est persuadé de la culpabilité de Dreyfus, surtout parce qu’il est juif (l’antisémitisme est très populaire en France ce temps-là).

Degradation_alfred_dreyfus.jpgLa dégradation d'Alfred Dreyfus

En 1895, Dreyfus est dégradé et envoyé à l’île du Diable à Cayenne. Là, il est enfermé seul, il y a même une palissade autour de sa case. Il passe son temps à écrire et ne sait pas comment son cas est traité en France.
En 1896, le chef du service de renseignements Georges Picquart découvre que Ferdinand Walsin-Esterházy doit être le vrai traître. Walsin-Esterházy a essayé de financer sa vie avec l’espionnage, et en outre, son écriture correspond avec celle du bordereau. Alors, le procès contre Dreyfus est rouvert. Walsin-Esterházy est absous, et se fait provoque une discussion violente en France. Les politiciens conservateurs, beaucoup de catholiques et de militaristes croient que Dreyfus est coupable, mais les républicains, les socialistes et les intellectuels pensent qu’il est innocent.
Le 13 janvier 1898, Emile Zola publie une lettre ouverte adressée au président de la république Félix Faure sous le titre «J’accuse…!». Cette lettre provoque de nouvelles discussions et sépare la politique. Les grands partis politiques sont divisés en dreyfusards et antidreyfusards.
En 1899, il y a un nouveau procès contre Dreyfus, qui a été raccompagné en France, à Rennes. Il profite de circonstances atténuantes et est condamné à dix ans d’emprisonnement. Le nouveau président Emile Loubet lui offre une grâce présidentielle que Dreyfus accepte. En 1906, la Cour de cassation casse le jugement de Rennes et Dreyfus est réintégré dans l’armée. Maintenant, il est parfaitement réhabilité et devient aussi chevalier de la Légion d’Honneur.
Pendant la Première Guerre mondiale, Dreyfus sert dans l’armée, et il la termine comme Officier de la Légion d’Honneur. Il meurt en 1935 à Paris.
Après l’intervention de Zola, l’affaire Dreyfus s’est séparée d’Alfred Dreyfus comme personne. Les dreyfusards ont fondé la Ligue française pour la défense des droits de l’Homme et du citoyen en 1898, et un antidreyfusard, Paul Déroulède, a voulu organiser un coup d’état contre la démocratie. L’affaire Dreyfus a montré la puissance de l’antisémitisme en France, et l’ordre de la société de la IIIe République a été bouleversé. Aussi, l’église catholique a souffert, car l’affaire a montré son attitude réactionnaire.